POURQUOI "L'ATELIER PALIMPSESTE" ? 

Réécrire le paysage

Le nom de l'atelier Palimpseste s'inspire de la définition du terme latin palimpsestus et du grec

π α λ ι ́ μ ψ η σ τ ο ς  (palimpsestos) dont l'étymologie est une « feuille de papyrus, parchemin manuscrit, dont on a effacé la première écriture pour pouvoir écrire un nouveau texte »

(cf. http://www.cnrtl.fr/lexicographie/palimpseste).

 

Le sens de ce mot recouvre l'idée de réécriture sur un même support, sur un même lieu, non pas en effaçant le contenu pré-existant, mais en faisant émerger des traces, des souvenirs, une empreinte formant un récit contemporain construit à partir de l'histoire dans le temps et l'espace.

 

Palimpseste fait aussi référence à l'image artisanale de réutiliser l'existant, faire avec les matériaux qui existent sur place, de recyclage, de bricolage et d'invention.

 

Il renvoie enfin au terme pagina qui exprime l'idée d'imaginer des symboles (Sumbolon : jeter ensemble), c’est-à-dire lier, relier des éléments pour les faires exister, rendre visible l’invisible, métamorphoser le passé en présent, faire resurgir de l’oubli ce que l’on ne voit plus, donner du sens et surtout imaginer un récit ouvert sur le temps, les usages existants et contemporains.

Les traces ne sont jamais visible en tant que traces, elles ne sont visibles que si elles sont cherchées comme des marques de ce qui n’est plus là  (P. Quignard)

" 

"